ANOCR 73

Groupement Savoie Isère

Parole aux adhérents

La parole aux adhérents de l'Anocr 73

Nos membres s'expriment

Interwiew du GBA Jean-Vincent BRISSET, adhérent ANOCR

Chasseurs de 6e génération : l’Otan demande aux Européens de «s’aligner» sur les USA

Par Maxime Perrotin

Les futurs systèmes de combat aérien américains et européens devront pouvoir communiquer et agir de concert, exige le commandant suprême de l’Otan en Europe. Au-delà de la volonté états-unienne de réaffirmer son ascendant sur ses alliés européens, c’est un enjeu de puissance de l’Occident face à l’émergence de concurrents asiatiques.

Les Américains vont-ils donner le «la» aux programmes de chasseurs de 6e génération européens? C’est a minima une forme de coopération entre industriels du Vieux continent et Américains que semble appeler de ses vœux le commandant suprême des forces de l’Otan en Europe (SACEUR).

«Il est important de s’assurer que ces nations ont un certain degré d’alignement stratégique et de transparence, à mesure qu’elles avancent et qu’elles examinent les ressources dont elles ont besoin pour réussir avec le potentiel de la 6e génération», a notamment déclaré le général Tod Wolters, lors d’une conférence organisée le 9 juin par The Atlantic Council, un think tank américain.

avion de combat europeen 6250162

Maquette du chasseur de nouvelle génération (NGF) © afp 2021 afp photo / ministere des armees / veronique besnard

Avion de chasse du futur: l’Élysée cédera-t-il les secrets de Dassault aux Allemands?

Interrogé sur sa vision de l’évolution de la puissance aérienne sur le théâtre européen et le rôle que pourrait y jouer les systèmes de combat aéroportés en développement de part et d’autre de l’Atlantique, ce général quatre étoiles de l’US Air Force en poste en Allemagne a estimé que cet «alignement» et cette «transparence» étaient «impératifs» aux niveaux «stratégique et tactique», entre Américains, Britanniques, Allemands et Français dans le développement de leurs appareils de 6e génération. Le tout au nom de leur interopérabilité.

Comme le précise d’emblée le site Meta Defense, qui a levé le lièvre, il n’est nullement question de fusionner les programmes. Il s’agit de s’assurer que ces systèmes d’armes puissent communiquer entre eux afin d’être capables de mener des missions communes.

6e génération, quand les États-Unis veulent reprendre la main

Il faut dire que sur ce point, les Américains n’ont guère de leçons à donner. En effet, leurs deux appareils de 5e génération que sont les F-22 et F-35, respectivement conçus par Boeing et Lockheed-Martin, sont incapables d’opérer ensemble sans le recours à un système intermédiaire, souligne le site d’informations militaires.

Reste à savoir comment –et jusqu’où– sur le plan politique une telle «transparence» pourrait être envisagée. En effet, bien que l’interopérabilité soit l’un des piliers de l’Alliance atlantique, ce dialogue entre les futurs appareils européens et américains impliquerait au moins un partage des données opérationnelles, si ce n’est l’alignement sur des normes communes. BFMTV s’interroge sur la forme concrète que pourrait prendre cette demande de l’Otan, évoquant un «Cloud suprême ou des autorisations d’accès permettant aux différentes forces armées de piocher des informations en fonction de leur mission.»

«On est sur quelque chose de global: la définition des standards. On est en train de découvrir que les Chinois se permettent d’en définir, à l’échelle mondiale, comme avec la 5G», réagit auprès de Sputnik le général (2 s) de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset «Les États-Unis aimeraient bien que les Européens adoptent un standard qui vienne en grande partie de chez eux et qui soit celui des futurs systèmes de combat aéroportés occidentaux.»

Reste à savoir si les Européens accepteraient de se «coincer volontairement» dans un système dont Washington conserverait les clefs pour les décennies à venir. Un cas de figure similaire à celui du GPS, dont les États-Unis restent les seuls à décider quelles sont les nations qui peuvent accéder à son plein potentiel pour une utilisation militaire. «Tout le problème est de savoir si on bâtit ensemble le système d’après, si on se fait imposer un système américain ou si on se sépare», résume ainsi le général Brisset.

Face à l’émergence d’une concurrence, imposer un standard occidental unique

merkel macron

Emmanuel Macron accueille Angela Merkel à l’֤Élysée, 27 février 2019 (Photo LUDOVIC MARIN / AFP)

Pressions allemandes: «la France doit clairement dire "carton rouge, on ne passera pas!"»

Un scénario de rapprochement qui ne serait peut-être pas si catastrophique, veut croire notre interlocuteur. Les Européens n’ont en effet pas à rougir de leur savoir-faire: «le rapport de forces dans cette collaboration ne serait pas forcément déséquilibré», tempère ainsi Jean-Vincent Brisset. «Il y a un certain nombre de choses que les Américains aiment bien que l’on fasse», enchaîne-t-il, en tirant un parallèle avec l’exploration spatiale.

De toute façon, les normes des États-Unis «s’imposent» déjà aux projets britannique et franco-allemand d’avion de 6e génération, via le F-35, estime le général. Les appareils européens devront en effet être capables de communiquer avec le best-seller de Lockheed-Martin, qui est peu abouti sur ce point. «Pour le SCAF, l’ouverture [du système d’armes à ceux des alliés de l’Otan, ndlr] ne va pas être facile», concède le haut gradé.

Mais en tant que tels, les programmes européens ne sont nullement menacés par les désidératas américains: «ils n’ont pas d’appareils multirôle dans les tuyaux» et percevraient plus le SCAF et le Tempest comme des appareils «complémentaires» aux leurs que comme des concurrents.

Une piste qui se confirme à l’écoute du général Wolters. Ce dernier s’étale en effet davantage sur les programmes européens et la montée en puissance du F-35 sur le Vieux continent que sur le programme américain NGAD (avion de 6e génération) dont il n’évoque qu’une seule fois le nom au début de sa réponse. Le haut gradé américain escompte ainsi à l’horizon 2030 voire 450 F-35 stationner sur les bases européennes. «C’est une capacité énorme. Si j’étais un ennemi potentiel de l’Otan ou de l’Europe, je n’aimerais pas entendre cela», se satisfait-il.

«Je suis fermement convaincu qu’avec l’alignement stratégique qui a lieu sur la prochaine génération de systèmes de combat aérien […] et avec les progrès que nous réalisons dans l’activité des F-35 –l’alignement et la transparence que les nations s’accordent les unes aux autres afin de partager des idées et des réflexions sur la façon de mieux employer le F35, que nous allons dans la bonne direction. Je suis très satisfait», relate le général Tod Wolters.

L’interopérabilité, sous la houlette technologique des États-Unis, au nom de l’«efficacité» et de l’«efficience» des forces de l’Otan se reflète déjà dans certains programmes en France, comme le standard F3-3 du Rafale. Celui-ci consacre l’ajout de la liaison de données tactiques L16 (pour «Link 16») qui permet au chasseur français d’échanger en temps réel des données chiffrées sur un théâtre d’opérations avec n’importe quelle autre plateforme militaire d’un pays de l’Alliance capable de les recouper (avions AWACS, porte-avions, frégates, etc.).

Le prétexte du combat de haute intensité

news wk f35 02

© PHOTO / PIXABAY / SKEEZE F-35: une fois de plus» la Pologne achète américain

Un système qui exclut d’emblée les appareils qui n’en sont pas équipés, à l’instar du Mirage 2000D dont l’équipement en L16 a été très progressif et s’est achevé en 2016… année envisagée pour son remplacement.

L’occasion pour notre intervenant de regretter la débauche de moyens financiers de ces dernières décennies accordés à plusieurs programmes, au détriment de l’opérationnel. Des programmes de surcroît en inadéquation avec la réalité du terrain:

«Pour aller tirer sur un pick-up Toyota, il n’est pas indispensable d’avoir un avion à 100 millions de dollars qui tire une munition à un million de dollars», tacle cet ancien pilote de Mirage IV.

Cette «responsabilité incombe tant aux politiques qu’aux industriels» aux yeux de Jean-Vincent Brisset, qui considère qu’il est «important de sortir de cette course vers le haut».

Des propos qui prennent le contrepied du discours en vigueur au sein de l’Otan: la nécessité de s’apprêter à des combats dits de «haute intensité» (contre un ennemi technologiquement avancé). Bref, d’investir dans des capacités d’engagement lourd et d’inverser la tendance prise au début des années 90. Si Moscou n’est pas directement nommée pour justifier le développement de tels programmes couteux, elle continue à être omniprésente dans les déclarations des responsables de l’Alliance. Dans leur communiqué de presse du 14 juin, la Russie est évoquée à 52 reprises.

Le monument aux soldats morts en opex (bientôt ?) dans le Jardin Noir du parc André-Citroën

Voilà que l'on reparle du monument en hommage aux soldats morts pour la France en opérations extérieures.

Le sujet était, dès la semaine dernière, à l'agenda de Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants et de la mémoire: "Mercredi 6 avril, 16h30: Entretien avec Anne Hidalgo, maire de Paris, pour évoquer l’installation en 2017, au parc André Citroën, du monument en hommage aux soldats Morts pour la France en opérations extérieures. Hôtel de Ville de Paris."

Réunion fructueuse, semble-t-il, suivie d'une autre rencontre, hier mercredi 13, en présence de Philippe Goujon, maire du XVe arrondissement de Paris. Jeudi, une autre rencontre était annoncée avec le général de corps d’armée Bruno Le Ray, gouverneur militaire de Paris.

Tous ces échanges ont permis d'affiner (pas de finaliser) le projet:

  • - validation du site (voir ci-dessous),
  • - engagement financier du MinDef (environ 1 millions €),
  • - début des travaux en janvier ou février 2017.

Toutefois, il resterait encore des incertitudes, sur le coût total du réaménagement du jardin par exemple, ou des accords sur les heures d'ouverture des lieux etc.

Le parc André-Citroën (photo François Grunberg, mairie de Paris) est un jardin public situé sur la rive gauche de la Seine, sur le site de l’ancienne usine Citroën (XVe arrondissement). Il a été inauguré en 1992.

 Monument aux morts

Pour en savoir plus sur ce parc, cliquer ici.

Le parc se divise en trois parties thématiques : le jardin Blanc, le jardin Noir et un grand parc central. Le monument sera installé dans le jardin Noir. Ce Jardin Noir de deux hectares, entre la rue Saint-Charles et la rue Leblanc, à la végétation touffue (pins, rhododendrons, rhus et chênes), comporte des gradins qui mènent à une petite place entourée de soixante-quatre jets d'eau.

Selon le site equipement.paris.fr, le Jardin Noir a été rebaptisé "jardin Eugénie-Djendi en 2015". Il rend hommage à la sous-lieutenant Eugénie-Malika Djendi (1923-1945), dite la "Merlinette", opératrice radio du Corps Féminin de Transmission d'Afrique du Nord, parachutée par les Services spéciaux d'Alger, résistante, déportée et exécutée à Ravensbrück. 
Quant au Jardin Blanc, il rend hommage à Caroline Aigle (1974-2007). Elle a été la première femme pilote de chasse (1999) et commandant d'escadrille (2005).

 

L’Est Républicain publie le témoignage d’un colonel lorrain qui revient sur cette mission de l’armée française en Centre-Afrique.

Son récit prend aux tripes. Le colonel Didier leurs raconte l’enfer centrafricain comme s’il y était encore. «Chacune de mes conférences se termine par une « standing ovation ». Comme si les gens découvraient la violence de cette mission », s’étonne l’ancien chef de corps du 16e bataillon de chasseurs de Bitche.

L’opération Sangaris en Centrafrique s’est achevée le 31 octobre, dans l’indifférence générale qui l’a accompagnée pendant ses trois ans d’existence. Un déficit de notoriété qui tranche avec les dommages dévastateurs générés dans les rangs par cette Opex (opération extérieure). « Au retour, la moitié de ma section a quitté l’armée », confie un gradé lorrain sous couvert d’anonymat. « Les syndromes post-traumatiques sont plus profonds et importants qu’en Afghanistan », reconnaît le colonel Leurs, qui a vécu les deux théâtres.

De juin à octobre 2014, en plein pic génocidaire, il a dirigé à Bangui, la capitale, un groupement tactique interarmes. La mission la plus complète qu’il ait jamais connue sur le plan stratégique : « Il y avait tous les jours des défis logistiques à relever et des choix à opérer, compte tenu du peu de forces dont nous disposions vis-à-vis des besoins. Mais je n’ai eu que des héros. Jamais personne n’a reculé. » 

Les chiffres qu’il égrène sonnent pourtant comme autant de rafales de balles : « En quatre mois, on a eu 34 engagements armés, 20 opérations de fouilles durant 9 à 10 heures chacune, sous tension extrême, quatre blessés et 27 évacués, dont certains pour des syndromes post-traumatiques. 

C’était éprouvant. » Chaleur humide, matériel de 40 kilos à porter quotidiennement, conditions ultrarustiques en début de mandat, les organismes ont morflé : « Même si l’on est entraîné pour ça, on est allé au-delà de nos limites. Notre seule journée de repos a coïncidé avec notre engagement le plus dur ! »

Mais c’est surtout le psychisme, dans cette mission de maintien de la paix sans ennemi identifié, qui a été mis à rude épreuve : « Passer quatre mois non-stop en zone urbaine, au coeur de la population, est inédit. » « Le soldat est en permanence sous l’emprise de cette pression. Ne jamais disproportionner la réponse requiert un effort de chaque seconde pour éviter toute catastrophe stratégique. »

Et ce alors que les tensions entre seleka musulmans et anti-balaka chrétiens donnent lieu à des exactions d’une rare sauvagerie, pouvant aller jusqu’au cannibalisme : « On a eu affaire à l’horreur tous les jours et ça, on ne s’y habitue jamais. »

Un cumul de difficultés difficile à absorber pour les troupes. S’y ajoute le manque de reconnaissance : « Les soldats ont mis quotidiennement leur vie en jeu là-bas. Quand ils rentrent, personne ne sait ce qu’ils y ont fait, même pas la nation. Et les médias n’évoquent ce théâtre que pour parler d’abus sexuels encore en cours d’instruction. » Le décalage interpelle le colonel Leurs, fier du bilan français : « Quand on est arrivé, c’était la loi du plus fort et le chaos. On laisse à l’Onu un pays en voie de normalisation. »

CET ARTICLE NOUS EST TRANSMIS PAR NOTRE CAMARADE MICHEL GAY

 

Référence : Bulletin ANOCR n° 460 janvier 2015, dossier d’actualité “Le syndicalisme dans les armées, une avancée sociale ou un danger ?”.

Bonjour,

Tout en étant d’accord avec les conclusions de l’article du Gal Chauvancy, je voudrais vous apporter l’éclairage suivant  issu d’une expérience unique (je crois), notamment en réaction à la déclaration de Frédéric Mathieu de la CGT : “Les militaires sont des salariés comme les autres”.

NON.

Il y a quelques années, alors que j’étais militaire d’active (LCL), j’avais envisagé de travailler à temps partiel pour des raisons personnelles, comme cela se pratique dans d’autres armées européennes.

J’ai donc fait une demande officielle qui est remontée au Conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM) par la voie hiérarchique. Quelques semaines plus tard, j’ai reçu la réponse suivante que j’ai trouvée parfaite dans sa formulation :

“Un civil reçoit un salaire qui est le prix du travail. Un militaire perçoit une solde qui est le prix du sang, et le sang ne se partage pas. Un militaire est soldé non pas pour le travail accompli mais pour être disponible et obéir, y compris au péril de sa vie”.

Cette réponse limpide répondait exactement à ma question et, bien plus, elle révélait précisément pour moi le statut de militaire (dont les fondements doivent encore reposer principalement sur des textes datant de Napoléon).

En effet, lorsque je demandais à mon entourage pourquoi un militaire percevait “une solde” et non un salaire, personne n’était capable de m’apporter une réponse . 

Un chef d’entreprise n’a pas le droit de mettre en péril la vie de ses salariés, alors qu’un chef militaire le peut dans le cadre de la mission de défense des intérêts de la France que l’État lui a confiée.

Un salarié peut recourir à un droit de retrait en cas de danger, alors qu’un militaire ne le peut pas. Il est préparé à affronter le danger, y compris à tuer, au péril de sa propre vie. C’est même son devoir, si sa hiérarchie le lui ordonne.

J’ai bien entendu abandonné ma demande de “travail à temps partiel”.

Je “perçois” aujourd’hui une “pension” pour service rendu à l’État après une “carrière militaire” de 25 ans, et non une “retraite” en compensation d’un travail fourni.

Cordialement.

 

Allocution du général d'armée Pierre de Villiers à l'Ecole militaire, le 19 juin 2014.

Mon général, Mesdames, messieurs,

C’est un réel plaisir pour moi d’être parmi vous aujourd’hui : je garde un excellent souvenir de mon année à l’IHEDN au sein de la 56èmepromotion, la meilleure bien sûr.

L’IHEDN, c’est une synthèse originale, entre des auditeurs venus de tous horizons professionnels, sans s’être choisis, pour croiser leurs expériences, confronter leur réflexion, remettre en cause leurs certitudes, et avancer ensemble. Le premier atout de l’IHEDN, c’est sa richesse humaine. C’est ce creuset singulier.

Mais l’IHEDN est bien plus que cela. Il a vocation à rayonner dans notre société, pour éveiller les esprits sur les enjeux de notre défense. Le second atout de l’IHEDN, c’est son potentiel de rayonnement, et ce potentiel, c’est chacune et chacun d’entre vous.

Pour ces deux raisons, sa richesse humaine et son potentiel, mis au service de notre défense, je crois en l’IHEDN. Continuez à partager vos analyses, à créer, à proposer, à faire vivre vos réseaux !

Aujourd’hui, je ne vais pas reprendre ce que vous avez reçu toute l’année. Je voudrais plutôt vous parler de mes préoccupations de chef d’état-major des armées.

Outre les relations internationales militaires, qui constituent une dimension transverse de mes activités, en tant que CEMA, j’ai en réalité deux grandes responsabilités.

Lire la suite...

Par le Général (2s) Vincent DESPORTES

publié le 15 juin 2014

Association de Soutien à l’Armée Française (ASAF)

 Agir sous la pression

Les Français viennent d’apprendre, avec effarement, que le ministre de la défense avait brusquement décidé d’un plan pour l’amélioration des conditions de vie des soldats de la Force Sangaris en Centrafrique : il en suivra « personnellement la mise en œuvre » et ne renoncera « ni sur ce point, ni sur un autre ». Qu’on le fasse, c’est souhaitable, mais qu’on soit obligé de le dire ! Qu’il soit ainsi avoué, candidement, que les nombreux passages du ministre et de son staff sur le théâtre d’opérations (ou les avertissements répétés des chefs militaires) ne lui ont jamais permis de se rendre compte que les conditions de vie des soldats français étaient indécentes, est proprement ahurissant.

Il aura fallu que des mères de soldats fassent entendre leur voix dans les médias pour qu’enfin la « prise de conscience » s’opère. Il aura fallu que la polémique enfle, qu’elle prenne un tour politique, avec des interventions comme celle du sénateur Christian Cambon (qui a estimé après visite in situ, qu’une « armée comme celle de la France ne (devait) pas faire subir de telles contraintes à ses soldats ») pour que l’on se préoccupe enfin de l’humanité de ces hommes qui risquent leur vie à défendre les intérêts de ceux qui les oublient parce que, justement, ils ne se plaignent pas. De la même manière, concernant les bugs répétés du logiciel de paie Louvois, il aura fallu que des familles de soldats interviennent dans les médias et s’adressent directement au ministre pour que des mesures sérieuses soient enfin décidées.

La morale voudrait que l’on porte une attention particulière au muet. Las, c’est l’inverse qui se passe. A la « Grande muette » qui se tient coite plus par honneur que par obligation, on refuse le droit commun parce qu’elle ne saurait se rebeller. On est tellement habitué à son obéissance ! Elle ira jusqu’au bout, jusqu’à l’épuisement. Elle fera toujours « au mieux », c’est dans son éthique. Elle continuera à s’engager, sans préavis, dans les pires conditions, au risque de la mort, malgré le manque de moyens, en dépit de l’état déplorable de ses véhicules de combat : ils n’avancent souvent que par miracle, à la grande surprise de nos alliés ! Malgré les exigences opérationnelles, souvent au déni de la réalité, on limite arbitrairement les budgets des opérations, on économise sur les conditions de vie pour rester dans l’épure. Peu importe, les soldats ne se plaignent pas ; économisons encore, vous voyez bien, ça ne rompt pas ! On fera toujours « mieux avec moins ». C’est cela, le soldat français.

Et bien non. Aucun corps social ne peut subir, déflation après déflation, le dédain de ceux qui le maintiennent dans une étroite dépendance par cantonnement juridique. Que penser du moral d’une institution qui, subissant déjà un plan social gigantesque – suppression de80 000 postes entre 2009 et 2019 ! – n’aurait comme horizon qu’une nouvelle aggravation de son sort et l’éloignement constant de la perspective de renouvellement de ses équipements ?

Au fond, c’est bien de mépris dont il faut parler … et c’est peut-être la face la plus sombre de la professionnalisation des armées. Ces soldats, de plus en plus lointains, de plus en plus coupés d’une cité qui, au fond, ne comprend brièvement leur utilité que lors de crises exotiques qui permettent au président de la République de se poser en « chef de guerre », sont finalement dédaignés et négligés parce qu’ils sont le reflet du monde réel, celui qui effraie et que l’on préfère ignorer dans le confort des images virtuelles.

La corde va casser. La leçon la plus nette des derniers dysfonctionnements – Louvois, harcèlements divers et autres Sangaris – est qu’un problème « militaire » qui ne devient pas un problème médiatique et politique n’est pas pris en considération. Le remède semble, à tort, évident : la syndicalisation des armées. Elle permettrait d’alerter à grand bruit et sans délai l’opinion publique sur les accrocs et les absurdités du système. Pourtant, pour inévitable qu’elle semble aujourd’hui, la syndicalisation des armées serait la pire des choses car ce dispositif enlève, par sa logique même, toute efficacité aux forces armées qui y ont recours. Dans les conditions paroxystiques du combat, face à l’adversaire qui veut votre destruction, l’efficacité impose qu’aucune décision, même discutable, ne soit discutée : ni la négociation ni, la protestation collective ne sont pas envisageables lorsqu’il s’agit de vie ou de mort, des hommes ou des Nations. Le remède serait pire que le mal.

Urgence Les armées françaises peuvent encore, éventuellement, y échapper. Encore faut-il qu’au sommet de l’Etat, on entende enfin ceux qui ne peuvent s’exprimer et respectent l’autorité, au sens fort du terme. Et que l’on restaure, très vite, ce qu’il reste de confiance.

Vincent DESPORTES

Né le 24 février 1953 Marié – Officier, général de division

Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan
Ecole supérieure de guerre (ESG)
Docteur en histoire
Diplômé d’études supérieures en administration d’entreprise et d’études approfondies en sociologie,

Après une carrière opérationnelle qui l’a conduit à exercer des commandements multiples et à se rendre régulièrement sur des théâtres d’opérations extérieures, s’est orienté vers la formation supérieure, la réflexion stratégique et l’international.

Dans ce cadre, aux Etats-Unis entre 1998 et 2003.
Après deux années au sein même de l’US Army dont le diplôme de l’Ecole de Guerre,
Attaché à l’ambassade de France à Washington
(négociation avec le département d’Etat, le Pentagone et le Conseil national de sécurité.

De retour en France,
Nommé Conseiller défense du Secrétaire général de la défense nationale (SGDN)
Directeur du Centre de doctrine d’emploi des forces
Général commandant du Collège interarmées de défense (aujourd’hui Ecole de guerre) (2008)

Directeur de la collection Stratégies et doctrines chez Economica(depuis 1999)
Membre du conseil scientifique du Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégique
Professeur associé à Sciences Po et enseignant en stratégie à HEC

Nombreuses contributions à des revues françaises et étrangères.
Ouvrages
Cavalerie de décision 1998)
Comprendre la guerre (1999 & 2001)
L’Amérique en Armes (2002)
Décider dans l’incertitude (2004 & 2008)
Deciding in the Dark (2008)
Introduction à la stratégie (2007)
La guerre probable (2007 & 2008)
Tomorrow’s War (2009)
Le piège américain (2011)

 

LETTRE MENSUELLE de L'ASAF 13/10

« Ne pas subir » (Maréchal Jean de Lattre de Tassigny)

Madame, Monsieur,

Voici la lettre de l’ASAF du mois d’octobre. Elle dénonce certains propos, erronés mais récurrents, relatifs aux choix cruciaux en cours pour l’avenir de notre Défense. L’ASAF estime de son devoir d’informer les Français.  Ils doivent connaître la vérité au-delà des discours officiels et des slogans.  Ils doivent comprendre les enjeux pour agir vers leurs élus et leur rappeler que la Défense de la France est le premier devoir de l’Etat.

Dans le contexte de menaces montantes et multiples que nous connaissons, se prépare, de façon masquée, l’affaiblissement inéluctable et irréversible de nos forces armées. L’ASAF propose donc à ses nombreux lecteurs et sympathisants de la rejoindre afin de peser davantage sur les décisions à venir qui engageront l’indépendance de la France et la protection des Français pour la décennie à venir.

Très bonne lecture Bien cordialement

Henri Pinard Legry

Armées : une désinformation orchestrée ?

Le texte de présentation du projet de loi de programmation militaire (LPM) et les propos de certains relais d’opinion illustrent la désinformation dont les questions militaires sont l’objet.

Des propos qui masquent la réalité 

« Le président de la République a pris la décision de sanctuariser notre effort de Défense ». 

Il serait plus exact d’écrire « geler notre budget de Défense » car l’effort de Défense se mesure au pourcentage du PIB qui lui est consacré. Or celui-ci va baisser mécaniquement puisque le budget de la Défe nse sera maintenu de 2014 à 2016 à son niveau de 2013 en euros courants c’est-à-dire sans intégrer l’inflation.

Lire la suite...

Cote d'alerte ! L'éolien et le photovoltaïque vont conduire la France vers le chaosénergétique et financier.

Par Michel Gay 02 décembre 2012

(Dans ce texte, le sigle "EnR" représente les énergies renouvelables, particulièrement les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, hors hydroélectricité).

Il faut cesser de se faire leurrer par des groupes de pression et de se bercer d'illusions : les éoliennes et le solaire photovoltaïque (EnR) sont nuisibles à la production électrique et aux intérêts de la France.

Des discours lénifiants sur les possibilités "mirifiques" des éoliennes et du photovoltaïque ont engourdi le jugement de certains fonctionnaires et responsables politiques: ils sont atteints du syndrome du homard.

En effet, un homard jeté vivant dans une eau bouillante réagit vivement et saute hors de la casserole. En revanche, si on le place délicatement dans de l'eau froide et qu'on chauffe doucement, la température de l'eau monte lentement en engourdissant les réflexes de défense jusqu'à ébullition. Le homard est cuit en douceur.

Un arsenal technique, sous forme d'une documentation abondante et largement suffisante, existe pour montrer tous les avantages du nucléaire pour le développement économique de la France et aussi tous les graves inconvénients, notamment socio-économiques, des éoliennes et du photovoltaïque qui conduisent directement au chaos énergétique et à l'appauvrissement des Français.

Lire la suite...

Notre camarade Michel LEHEU m'a transmis un rapport de l'aumonier du 2ème REP en Afghanistan et m'a demandé de le publier dans notre rubrique libre expression.

Abbé B. Jullien de Pommerol
Padre du 2ème REP
Camp RAFFALLI
20260 Calvi
Rapport de fin de mission. Du 11 janvier au 16 juillet 2010

Introduction :

Ce compte rendu est celui de la mission « PAMIR XVI ».

En plus du canevas donné pour le rapport, je souhaite exposer une somme de disfonctionnements importants qui ont conduit à des dérives graves et abouti à ce qui était connu là-bas comme « l’affaire du voile ».

Bien que n’influant pas directement sur mon sacerdoce et ma mission, cette affaire vint parasiter les relations avec une partie du commandement, au détriment des vivants et des morts que nous avons eus.

Ce n’est certes pas la chose à retenir de la mission, qui sur le plan spirituel fut fructueuse en bienfaits pour nombre de militaires, mais elle dénote un écart majeur entre la troupe et le commandement. Ce qui est préoccupant, j’y reviendrai.

Lire la suite...

Lettre du Général Gélineau Vice-président de l'ANOCR en réponse à la question posée par le Lt-Colonel LEHEU

Decret 2010-890 du 29 juillet 2010 portant attribution du bénéfice de campagne double aux Anciens Combattants d'Afrique du Nord

altalt

 

Notre camarade le Lt-Colonel VALLET m'envoie un témoignage du Colonel HOGARD sur les évènements du RWANDA qui bien que datant un peu, donne un éclairage intéressant qui mérite d'être mis en ligne sur notre site........

 

Alain CHEVALERIAS est l'animateur du site http://www.recherches-sur-le-terrorisme.com qui publie très régulièrement des analyses sur les terrorismes mais aussi des informations sur l'actualité internationale et la géopolitique.

 

RWANDA :QUE JUSTICE SOIT FAITE !

LE CHEF DES ARMÉES A-T-IL TRAHI DES OFFICIERS SUPÉRIEURS FRANÇAIS ?

INTERVIEW DU COLONEL JACQUES HOGARD

 

décembre 2008

Alain CHEVALERIAS : Colonel Jacques HOGARD, qui êtes-vous ?
Jacques HOGARD : Je suis né en 1955 dans une famille d'officiers. J'ai donc été élevé dans la tradition militaire. Mon père servait dans l'infanterie de marine et j'ai passé plusieurs années de mon enfance en Afrique, le suivant dans ses affectations. Tout naturellement, j'ai moi aussi choisi le métier des armes. A ma sortie de Coëtquidan, j'ai choisi l'infanterie, en 1979, puis j'ai rejoint les rangs de la Légion Étrangère avant d'intégrer le 2éme REP. Nous étions dans les années 80, avec les interventions au Liban, au Tchad et en République Centrafricaine. En tant que lieutenant et capitaine, j'ai vécu là quelques années formidables. Puis j'ai suivi le parcours normal, rejoignant l'état-major de l'armée de terre à Paris, comme jeune officier supérieur en 1989, pour y préparer l'école de guerre, avant de me retrouver stationné à Djibouti, de 1992 à 1994. J'y ai vécu un séjour très dense. A l'époque, le pays venait de subir une tentative de déstabilisation de la part d'éléments venus d'Ethiopie, puis le déferlement de l'armée érythréenne en déroute, suivi de la rébellion des Afars qui menaçaient la capitale, Djibouti. J'ai personnellement beaucoup de sympathie pour cette ethnie. Ayant vécu adolescent dans ce pays et y étant retourné à plusieurs reprises comme jeune officier du 2ème REP, je connaissais ses qualités et, surtout sa fidélité à la France. De Djibouti, j'ai aussi eu la chance de participer à des interventions, au printemps 1994 au Sud Yémen, mais aussi, auparavant, en 1992/1993, en Somalie, lors de l'opération " Restore Hope ". Un grand spectacle. J'étais le " chef opération " de la force française " Oryx " envoyée aux côtés des forces multinationales sous commandement américain. Mon séjour à Djibouti s'est terminé par l'intervention au Rwanda, en 1994. Puis je suis rentré en France, où j'ai poursuivi ma carrière à la Légion avant de rejoindre le commandement des opérations spéciales (COS), créé en 1992. J'ai encore eu la chance, en 1998-1999, de commander le détachement des forces spéciales chargé d'ouvrir la voie à l'armée française lors de son entrée au Kosovo. J'ai alors eu a posteriori le sentiment de ne plus rien avoir à faire dans l'armée, ayant connu tout ce qui m'y exaltait. Je suis parti le 16 décembre 1999 en pré-retraite. Après un stage de sept mois au centre de perfectionnement des affaires (CPA), à la chambre de commerce, le 1er septembre 2000, j'ai été rayé des cadres de l'armée d'active après 26 années de service.

A.C. : Parlons du Rwanda ! Quand êtes-vous arrivé au Rwanda, plus exactement dans l'est du Zaïre, l'actuelle RDC ?
J.H. : J'y suis arrivé fin juin 1994, venant de Djibouti. Nous avons débarqué à Goma, ville zaïroise frontalière avec la Rwanda, qui servait de point de regroupement des forces dédiées à l'intervention française. Nous avions pour mission de mettre un terme, par tous les moyens, y compris la force, aux massacres qui se déroulaient de l'autre côté de la frontière, au Rwanda. Ces derniers avaient éclaté à la suite de l'attentat du 6 avril 1994, perpétré contre le Président du Rwanda, Juvénal Habyarimana, et son homologue burundais, Cyprien Ntaryamira. Nous devions rétablir l'ordre et la sécurité ainsi que, dans la mesure du possible, la concorde nécessaire au dialogue entre les communautés. Goma se situe sur les bords du lac Kivu et avait été choisie en raison de l'existence d'une piste d'aviation en dur, pouvant recevoir de gros porteurs, en l'occurrence les Antonov et les Iliouchine affrétés par l'armée française à d'anciens pays de l'ex-Union Soviétique. Grâce à eux, nous avons pu projeter en un temps record une force de près de trois mille hommes.

A.C. : Quelles cocardes portaient ces avions ?
J.H. : Russes et ukrainiennes je crois. C'étaient d'anciens avions militaires réaffectées à des compagnies civiles faisant de l'affrètement aérien.

A.C. : Mais pourquoi des avions des anciens pays de l'Union Soviétique ?
J.H. : La France ne possède pas de gros porteurs stratégiques. A l'époque, elle avait demandé aux Etats-Unis de lui fournir les moyens aériens pour transporter ses troupes et leurs équipements au Rwanda. LesEtats-Unis ont refusé car ils étaient opposés à toute intervention française au Rwanda. Il faut souligner d'ailleurs que l'administration Clinton a tout fait alors pour créer à la France de sérieuses difficultés. L'état-major, avec l'aval du pouvoir, a alors décidé de faire appel aux Russes. Nous avons bien entendu payé l'affrètement des avions mais sans doute les Russes ont-ils accepté sans déplaisir cette mission, goûtant l'ironie de la situation.

A.C. : De quelle force disposiez-vous pour mettre un terme aux massacres ?
J.H. : L'opération Turquoise, aux ordres du général Lafourcade, comprenait environ 2800 hommes articulés en trois groupements tactiques. Le premier arrivé, composé de Forces spéciales, était commandé par le colonel Jacques Rosier, le soldat le plus décoré de France. Formé d'un détachement du 1er RPIMa, d'un détachement des commandos Marine et d'un détachement des commandos parachutistes de l'air, doté de ses propres hélicoptères et cargo tactique C160, il était pré-positionné à la frontière du Rwanda, attendant le vote de la résolution 924 du Conseil de sécurité des Nations Unies, permettant à la France d'intervenir au Rwanda à la tête d'une coalition multinationale. Le deuxième groupement, commandé par le colonel Patrice Sartre, était formé d'éléments des Troupes de Marine, en particulier de son prestigieux régiment, le RICM. J'étais pour ma part à la tête du troisième groupement, constitué pour l'essentiel d'unités de combat détachées par les régiments de Légion, en garnison en Afrique ou en France.

A.C. : N'était-ce pas un peu surréaliste de charger une force aussi peu nombreuse de mettre un terme aux massacres ?
J.H. : Nous disposions en effet d'un effectif ridicule compte tenu de l'ampleur de la mission à mener. Mais les unités déployées appartenaient à l'élite de l'armée française. Et puis, nous avons été néanmoins renforcés par des contingents africains. J'ai eu ainsi sous mon commandement le détachement tchadien. 150 hommes de plus, cela compte beaucoup quand vous n'êtes que 400 ! Ils ont du reste fait un travail remarquable. Nous n'en manquions pas moins de moyens humains, mais le soldat français a de grandes qualités. Il est capable de donner beaucoup de son temps et de sa peine. De doubler, voire de tripler sa capacité de " travail " en prenant sur ses moments de détente et son sommeil.

A.C. : La France avait signé un accord de défense avec le Rwanda. Quel était-il ?
J.H. : Nous avions de fait un accord de coopération militaire avec Kigali, signé en 1975 sous Giscard d'Estaing, mais pas d'accord de défense stricto sensu. Des éléments réduits de l'armée française se trouvaient donc au Rwanda en octobre 90 au titre de la coopération militaire, quand la rébellion tutsie, formée en Ouganda sous la tutelle de l'armée de ce pays, a lancé une offensive contre le Rwanda. Bref retour en arrière : tout avait commencé en 1961, lors de l'indépendance. La majorité hutue (85% de la population), s'étant alors révoltée dans le sang contre les Tutsis qui avaient jusque là exercé le pouvoir sans partage, un grand nombre de ces derniers avaient choisi l'exil en Ouganda. Là, ils avaient fait souche et beaucoup d'entre eux avaient intégré la guérilla menée par l'actuel président Yoweri Museveni contre le gouvernement de Milton Obote à Kampala. Quand les guérilleros se sont emparés du pouvoir, nombre de ces Tutsis se sont retrouvés alors à des fonctions importantes dans la nouvelle armée ougandaise. Certains occupaient même des postes de premier plan, comme l'actuel Président du Rwanda, Paul Kagamé, alors numéro deux des renseignements militaires. Il portait le grade de colonel de l'armée ougandaise et avait été formé aux Etats-Unis.

A.C. : Kagamé est donc bien un compagnon d'armes de l'actuel Président ougandais, Yoweri Museveni...
J.H. : Oui, à un moment donné, tous ces Rwandais devenant un peu trop visibles aux yeux de la population ougandaise, Museveni a décidé de les encourager à retourner en force dans leur patrie d'origine, comptant bien du même coup élargir ainsi son influence en Afrique centrale. Pour moi, sans aucun doute, Museveni visait déjà les richesses minières du Kivu, aujourd'hui sous les feux de l'actualité avec les activités guerrières de Laurent Nkunda.

A.C. : Depuis le mois d'août 2008, au Kivu, ne voyons-nous pas, la répétition du scénario de l'invasion du Rwanda, cette fois-ci à partir de ce pays, contre la République démocratique du Congo, ex-Zaïre ?
J.H. : Absolument. On voit cette fois Laurent Nkunda, un Tutsi du Congo, organiser une rébellion contre son pays d'origine avec l'aide du Rwanda voisin. En octobre 1990, l'Ouganda de Museveni encourageait les Tutsis, sous le nom deFPR (Front patriotique rwandais), à renverser le pouvoir en place à Kigali. Le président Habyarimana, du Rwanda, voyant son pays attaqué par un voisin et se trouvant en difficulté, demanda l'intervention de la France et du Zaïre. L'armée zaïroise, mal formée et indisciplinée, ne faisait pas le poids. Néanmoins, à l'époque, le Président Mitterrand pensait régler le problème en dépêchant deux compagnies de parachutistes. Sur son ordre, le premier détachement de l'opération Noroît est envoyé en octobre 1990. Renouvelée tous les quatre mois, l'intervention va durer un peu plus de trois ans, jusqu'en octobre 1993. Elle prend fin au lendemain des accords d'Arusha, signés en août 1993, sous la pression des pays occidentaux et principalement de la France. Il faut bien reconnaître à Mitterrand qu'il n'a pas soutenu sans contrepartie le régime du président Habyarimana : " Je vous soutiens militairement, avait-il dit en substance, je vous permets ainsi de rester au pouvoir mais vous allez faire accéder votre pays à la démocratie ".

A.C. : Oui, parce que ce Habyarimana n'était pas non plus un grand démocrate...
J.H. : Il était un chef d'Etat africain de son époque, parmi tant d'autres. Autoritaire, paternaliste, son régime reposait sur le système du parti unique. C'était une sorte de " despote éclairé ", chrétien convaincu, qui pratiquait une politique de quotas, accordant 15% des postes aux Tutsis dans l'armée, à l'université et même dans les séminaires où l'on formait les prêtres, la grande majorité de la population, Hutus et Tutsis confondus, confessant le catholicisme.

A.C. : Il y a beaucoup de pays d'Afrique dans lesquels les minorités ne sont pas représentées du tout dans les structures du pouvoir.
J.H. : Oui, c'est pourquoi j'ai la prétention de dire que le Rwanda, sous le régime d'Habyarimana, était un pays en voie de développement dans tout l'entendement du terme et sans aucune ironie de ma part. Il disposait d'une organisation administrative réelle, d'un réseau routier en bon état, d'infrastructures, d'une organisation médicale et même de dispensaires dans toutes les communes. Un jour par semaine, la population était invitée à donner son temps pour l'entretien des routes et des espaces publics. Je qualifie le régime de Habyarimana de paternaliste et même d'autoritaire mais ce n'était pas un régime totalitaire comme l'est actuellement celui de Kagamé. On ne constatait pas l'existence de disparitions, d'assassinats, de déportations, de séances de rééducation politique, de tribunaux populaires ou d'arrestations arbitraires. Toutes choses devenues fréquentes, hélas, dans le Rwanda d'aujourd'hui. En décembre 1993, aux termes des accords d'Arusha, les dernières troupes françaises se retiraient du Rwanda et laissaient la place à la MINUAR (Mission des Nations unies au Rwanda), d'un effectif de 2800 hommes fournis par des pays comme la Belgique, le Ghana ou le Bengladesh.

A.C. : Donc la France n'est plus présente militairement au moment des massacres de 1994...
J.H. : Non, il n'y a plus de troupes françaises sur le territoire rwandais à partir de décembre 1993. Il ne reste que 17 coopérants militaires, si j'ai bonne mémoire, qui portent l'uniforme rwandais et servent comme assistants techniques. Ils n'ont pas de mission de combat, mais des missions de formation et d'instruction technique. C'est un point important et sur lequel il faut insister. Car l'on a entendu les rumeurs les plus ineptes accusant la France de crimes, qui auraient été commis pendant le génocide. Alors que ses forces armées avaient quitté le territoire depuis plusieurs mois. Je répète donc, au 6 avril 1994, date du début du génocide, la seule force militaire étrangère présente au Rwanda était celle des Nations Unies.

A.C. : Sous casques bleus donc ?
J.H. : Oui, sous casques bleus et commandée, par un général canadien, le général Roméo Dallaire qui, huit jours après le début du génocide, a laissé sans protester l'ONU réduire ses troupes des 9/10èmes de leurs effectifs. La MINUAR est ainsi passée de 2800 hommes à 280, sur ordre du Conseil de sécurité des Nations Unies. Une décision aberrante ! S'il avait été un homme responsable et courageux, un officier digne de ce nom, le général Dallaire aurait immédiatement démissionné pour rentrer dans son pays, le Canada. C'est ce qu'a fait récemment le général espagnol Vicente Diaz de Villegas, en octobre dernier, quand au Kivu, il a constaté qu'il ne disposait pas des moyens nécessaires pour mettre un terme aux violences provoquées par l'attaque de Nkunda et de ses rebelles tutsis.

A.C. : Bien, revenons à votre arrivée à la frontière du Rwanda en 1994. Comme vous l'avez dit, vous participez alors à l'opération Turquoise, mise sur pied suite à une résolution des Nations Unies...
J.H. : Oui, votée avec l'abstention des Etats-Unis, qui n'ont cependant pas opposé leur veto. Madeleine Albright, alors Secrétaire d'Etat, qualifia aussitôt Turquoise d'"opération anormale ". Comme si l'on pouvait qualifier d'anormale une opération destinée à mettre fin à des massacres sans précédents.

A.C. : C'est un paradoxe, la France, seule à intervenir avec quelques pays africains pour arrêter l'effusion de sang, se voit aujourd'hui mise au banc des accusés par le gouvernement de Kigali.
J.H. : Sur ce plan, c'est même la Francequi, la première, a parlé de génocide au Rwanda, par la voix de son ministre des Affaires étrangères de l'époque, Alain Juppé. La communauté internationale se taisait. Pire, les Etats-Unis ont tout fait pour l'empêcher d'intervenir.

A.C. : Pourquoi les Etats-Unis ne voulaient-ils pas d'une intervention militaire pour faire cesser le génocide ?
J.H. : Nous sommes là au cœur d'un problème qui est toujours d'actualité. En tant que pays, ni le Rwanda ni le Burundi n'intéressent personne : ce sont de petits pays agricoles, surpeuplés, dont le sous-sol, jusqu'à présent, n'a pas révélé de ressources importantes. En revanche, ils sont proches des provinces congolaises du Shaba, l'ancien Katanga, et du Kivu, que les scientifiques s'accordent à qualifier de " scandale géologique ", tant ils recèlent de richesses minières. Récemment, l'intérêt pour le Kivu s'est vu encore croître avecla découverte d'uranium et de coltan, un métal rare très apprécié par les industriels pour ses qualités de résistance à la corrosion.

A.C. : Les richesses minières du Kivu sont-elles exploitées par le Congo ?
J.H. : Absolument pas. Reste à se demander qui s'intéresse à cet extraordinaire potentiel minier. Certes, il y a le petit Rwanda, avec à sa tête Kagamé, l'élève de Museveni qui tend à dépasser son maître. Mais je vois derrière cet acteur de premier plan l'ombre des Etats-Unis, du Royaume-Uni et, je le crois aussi, d'Israël. Ces trois puissances, ai-je compris sur le terrain, ont une vision très claire des possibilités de cette région et des enjeux de la guerre, qui s'y déroule pour le contrôle des matières premières.

A.C. : Avez-vous des preuves de ce que vous avancez ?
J.H. : Rappelez-vous l'histoire ! Ce sont les Etats-Unis qui ont consacré Museveni à la tête de l'Ouganda. Museveni est un homme des Américains. Il a été cité en exemple par Bill Clinton et qualifié de modèle de " bonne gouvernance " en Afrique, en raison de sa prétendue rupture avec le passé ougandais de corruption et d'abus des droits de l'homme. On voit ce qu'il en est. Aujourd'hui, l'Ouganda de Museveni est un régime totalitaire. On voit aussi les Etats-Unis travaillant à structurer l'alliance entre Kampala et Kigali, entre Museveni et Kagamé. Par exemple, après la victoire de ce dernier au Rwanda, c'est le génie des forces armées américaines qui a refait la route entre les deux capitales. Washington a aussi fourni des blindés M113 et d'autres équipements militaires à l'armée tutsie victorieuse.

A.C. : Avez-vous été témoin de faits précis ?
J.H. : Un incident m'a frappé. Quand j'étais le patron de la partie sud de Turquoise, dans le sud-ouest du Rwanda, un beau jour j'ai vu atterrir un C130 américain sans marquage. Une jeep Cherokee en est sortie avec à son bord un lieutenant-colonel des Rangers américains. Il a déclaré s'appeler James Babbit, si je me souviens bien, et occuper les fonctions d'attaché de Défense à l'ambassade américaine à Brazzaville, au Congo. Il parlait notre langue comme vous et moi. Il m'a déclaré : " Je suis affecté comme officier de liaison auprès de votre état-major tactique ". " Officier de liaison, mais avec qui ? Ai-je rétorqué. Il n'y a pas de troupes américaines sur le terrain? " J'ai rendu compte à mon patron, le général Lafourcade qui commandait l'opération. " Oui, les ordres viennent d'en haut, m'a-t-il confirmé. Vous le gardez auprès de vous et vous faites attention ". En fait cet étrange officier de liaison n'avait de cesse de se renseigner, se comportant comme un espion au sein de mon état-major. Cela en devenait très pénible. Je ne pouvais pas passer un message chiffré au général Lafourcade sans qu'il ne soit à proximité. J'ai été obligé de lui demander de garder ses distances. Irrité, j'ai écrit sur un carton de rations de combat les mots : " Forbidden to unauthorized persons " et j'ai accroché l'écriteau à l'entrée de la zone du PC dédiée aux transmissions. Piqué au vif, il m'a demandé : " A qui est donc destiné cette pancarte ? " Le regardant droit dans les yeux, j'ai répliqué : " Qui parle anglais ici ? ". Il a grommelé que ce n'était pas très amical. J'ai répondu du tac au tac: " Ce qui n'est pas très amical, c'est la manière dont vous vous comportez ".

A.C. : Comment cette affaire s'est-elle terminée ?
J.H. : Deux jours après cet incident, j'ai été réveillé en pleine nuit par un sergent du 2ème Régiment étranger d'infanterie de quart au poste de commandement. Il avait découvert l'officier de liaison américain fouillant dans mon bureau. Par précaution je conservais, avec moi dans une mallette, tous les documents importants. Il ne risquait pas de découvrir grand chose ! Néanmoins, je lui ai demandé ce qu'il faisait là. Il m'a répondu que, n'arrivant pas à dormir, il cherchait " des magazines pour se distraire ". Cet incident m'a permis d'obtenir son départ dès le lendemain matin. Il m'a frappé, parce des camarades du commandement des opérations spéciales m'avaient averti en me disant : " Aux côtés des combattants tutsis, il y a des hommes des Forces spéciales américaines ou des Forces spéciales britanniques ". J'ai fait le lien.

A.C. : Comment travaillait cet officier américain et, surtout, avec qui était-il en liaison ?
J.H. : Il était bardé de matériel radio et avait évidement la liaison avec Kigali où se tenait l'état-major de la MINUAR et son chef, le général Dallaire. Or, ce dernier, de notoriété publique, travaillait en parfaite intelligence avec Kagamé. Logiquement, il était aussi en liaison avec des éléments des forces américaines présents dans toute la région. La vraie question c'est que faisaient ces forces américaines et qu'orchestraient-elles sur le terrain ? A travers tous ces petits exemples, on comprend que ce qui se passe depuis le mois d'août dernier au Kivu n'est que la continuation de l'offensive américaine dans la région dont j'ai été le témoin en 1994. C'est un véritable jeu de poupées russes. Au Kivu, vous avez Nkunda, Tutsi du Congo et marionnette de Kagamé, lui-même Président du Rwanda. Au-dessus, tirant les ficelles, on trouve Museveni, l'Ougandais et sa tribu, les Himas d'Ankole, des cousins des Tutsis du Rwanda. A l'étage supérieur, se tiennent les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Dans leur périmètre immédiat, agit Israël, qui s'intéresse beaucoup à la région. Sachez aussi que Tony Blair, l'ancien Premier ministre britannique, est aujourd'hui depuis peu le conseiller officiel de Paul Kagamé. Ce n'est pas un hasard. Lisez, si vous en avez l'occasion l'excellent roman qui s'appelle " Le chant de la mission " et qui a été écrit par John Le Carré. Ce personnage sympathique, néanmoins issu des services spéciaux de sa Gracieuse Majesté, décrit exactement dans cet ouvrage paru en 2006 ce qui se passe actuellement au Kivu. Ce n'est pas prémonitoire mais un véritable décryptage de la situation sur le terrain.

A.C. : Beaucoup de gens croient que l'arrivée au pouvoir de Barack Obama va changer la politique américaine. Croyez-vous que cela va être le cas en Afrique, dans la région des Grands Lacs ?
J.H. : Je crois que passé le temps de l'obamania, on découvrira qu'Obama est un Américain qui défend avant tout sans scrupules les intérêts américains, quelles que soient les qualités de l'individu lui-même. A titre anecdotique, il est intéressant de relever que le père du Président Obama est un Luo du Kenya, une tribu nilotique de l'Est africain relativement proche des Tutsis. D'autre part, Hillary Clinton, le nouveau Secrétaire d'Etat, reste l'épouse de Bill Clinton qui, Président, a soutenu activement Museveni. Je ne pense pas que les choses vont s'arrêter mais, au contraire, qu'elles ne font que commencer. L'Administration Clinton est de retour !

A.C. : Avez-vous des preuves tangibles d'une intervention israélienne dans ce conflit ?
J.H. : Rien de tangible mais la présence des Israéliens est révélatrice. Ils ont des conseillers militaires auprès des armées ougandaise et rwandaise. Ils manifestent une détermination remarquable à s'implanter dans la zone francophone, en République Centrafricaine par exemple.

A.C. : Et en Côte d'Ivoire...
J.H. : Vous avez raison de citer la Côte d'Ivoire. Ils s'y installent et ce pour des raisons qui n'ont rien de philanthropiques.

A.C. : A ce propos, savez-vous que Nkunda, le Tutsi du Kivu s'est converti à l'évangélisme. C'est, comme on dit, un " Born-again ". Il déclare avoir converti ses hommes à cette version intégriste du christianisme. Il porte sur son uniforme un insigne sur lequel on lit écrit en anglais : " Rebelles pour le Christ ".
J.H. : Oui, cela ne me surprend pas et pose le problème de ces sectes chrétiennes d'origine américaine. Elles sont très actives en Afrique centrale et en Afrique de l'Ouest, comme en Côte d'IvoireLaurent Gbagbo et surtout sa femme, Simone, se sont eux aussi convertis à cette mouvance. Je vois dans cette forme de l'évangélisme un vecteur de pénétration américain pour prendre le contrôle de l'Afrique, plus particulièrement de la zone francophone. Pour revenir au Rwanda, sous le gouvernement du Président Habyarimana, une fraction minoritaire de Hutus, très active, formait l'opposition. On les appelait " Hutus modérés " et ils ont accompagné la montée des Tutsis au pouvoir. Or, beaucoup d'entre eux appartenaient à ces églises protestantes proches de l'évangélisme. Je ne pense pas que ce soit un hasard. Du reste, le FPR a fait assassiner un nombre significatif d'évêques catholiques rwandais, manifestant à l'égard de Rome une haine à peine dissimulée. Cela vaut à une quarantaine de personnalités rwandaises proches de Kagamé et à Kagamé lui-même, d'avoir été mis en examen par la Justice espagnole, avec émission de mandats internationaux pour assassinats perpétrés, en particulier, contre des hommes d'église espagnols. On voit bien que l'Eglise catholique en tant que telle gênait des ambitions.

A.C. : Quand avez-vous quitté le Rwanda ?
J.H. : Je n'y suis resté que soixante jours durant l'été 1994. C'est du reste le titre du petit livre que j'ai écrit sur le sujet.

A.C. : On a vu la France travaillant à pacifier le Rwanda en soutenant les accords d'Arusha. Pourquoi donc ces accusations de génocide portées contre elle par Kagamé ?
J.H. : A mon avis, le contentieux franco-rwandais repose principalement sur la haine que nourrit un homme, l'actuel dictateur rwandais Paul Kagamé, à l'égard de notre pays. Alors chef de la rébellion et leader du FPR, il s'est rendu en France, en 1992 ou en 1993, pour rencontrer des dirigeants politiques. Paul Dijoud, le directeur Afrique au Quai d'Orsay, l'a fait appréhender à l'hôtel Hilton de l'avenue de Suffren à Paris. Il était accusé de port illégal d'armes. Il a alors passé 48 heures en garde à vue, interrogé par la police française de manière jugée insuffisamment diplomatique. Humilié, Kagamé en a visiblement gardé un très mauvais souvenir. Récemment, il l'a encore répété au Président Sarkozy, lors de leur rencontre à l'assemblée générale des Nations Unies à New York en octobre dernier.

A.C. : N'existe-t-il pas aussi des raisons d'ordre stratégique ?
J.H. : Des raisons stratégiques, peut-être. Mais je crois que, d'abord et avant tout, les Français gênaient Kagamé sur la route du pouvoir. En apparence, il a joué le jeu lors des négociations d'Arusha, en 1994, mais ces dernières ne faisaient pas du tout son affaire. Il ne pouvait se résoudre à jouer les seconds rôles dans un Rwanda réconcilié et pacifié. Il voulait le pouvoir absolu, comme il l'a prouvé depuis.

A.C. : Il fallait que la guerre continue...
J.H. : Oui il fallait, à ses yeux, que la guerre continue. Il était hors de question pour lui de se contenter d'une position de deuxième ordre. Il savait ne pas pouvoir prendre le pouvoir par les urnes, lui un Tutsi, dans un pays à 85% hutu. Il avait besoin d'un évènement déclencheur pour relancer les hostilités qui lui permettent d'inverser le sens de l'histoire. Voilà pourquoi il a ordonné l'assassinat du président Habyarimana, son prédécesseur. Il savait pertinemment qu'il allait provoquer un cataclysme.

A.C. : Jusqu'à un génocide contre sa propre ethnie, croyez-vous ?
J.H. : Je ne sais pas si son calcul, si son cynisme sont allés jusque-là. Il savait cependant que cet évènement à haute valeur symbolique allait enclencher des massacres de grande ampleur et que ces massacres allaient successivement légitimer son intervention, la reprise de la guerre, sa prise du pouvoir et son installation durable à la tête du pays, sans que la communauté internationale ne puisse élever quelque objection que ce soit. Sa légitimité vient du fait qu'il se présente comme celui qui a mis fin à l'abomination des massacres, mais aussi comme un membre de l'ethnie victime. En même temps, de manière très cynique, cela lui permettait de faire le nettoyage des Tutsis de l'intérieur, ceux qu'il méprisait pour être restés en 1961 sous la loi de la majorité hutue. Pour lui ses malheureux frères de race de l'intérieur n'étaient en fait que des renégats et des traîtres à la cause et à la grandeur tutsie ! Kagamé est à la fois un stratège, ce qu'il a montré, et un cynique, ce dont personne aujourd'hui ne plus douter.

A.C. : Permettez-moi de trouver cela fascinant : nous voyons un chef de guerre instrumentalisant le génocide de son peuple, à la face de l'opinion internationale, pour étendre son pouvoir et son influence avec le soutien des Anglo-Saxons, Américains et Britanniques réunis. Pour cela, il relance la guerre et l'entretient car la fin des hostilités signifierait aussi la fin de son expansion en terme de pouvoir et de territoire. Cela ressemble beaucoup à autre chose...
J.H. : Oui, cela ressemble beaucoup à autre chose. C'est un schéma connu et assez simple en fait.

A.C. : A condition de mettre en place une campagne de propagande adaptée...
J.H. : Oui, à condition d'avoir recours à la bonne propagande, ce qu'il a eu l'intelligence de faire.

A.C. : Tout cela pour pousser ses pions vers le Zaïre...
J.H. : Oui, ce complot destiné à ériger un " empire tutsi " n'est pas seulement un rêve mais aussi une réalité qui prend corps.

A.C. : Quelle est l'accusation portée contre vous ?
J.H. : La commission Mucyo, ordonnée par les autorités rwandaises, est supposée établir la preuve des crimes prétendument commis par des Français au Rwanda au cours du génocide de 1994. Des membres de cette commission sont venus clandestinement en France en 2007. Etrangement, ils n'ont jamais cherché à nous contacter, ni moi, ni la plupart des personnalités mises en cause. Le rapport produit par cette commission est accompagné d'un communiqué du Garde des sceaux rwandais. Lui est annexée une liste de 33 noms de personnalités françaises, "les plus impliquées dans le génocide rwandais ", pour reprendre les termes utilisés. Outre ceux de 20 militaires, figurent les noms de 13 civils dont François Mitterrand, d'anciens Premiers ministres, Edouard Balladur, Alain Juppé, Dominique de Villepin, et plusieurs ambassadeurs de France. Mon nom apparaît parmi ceux des vingt officiers accusés. Ce qui est cocasse puisque, comme vous le savez, je ne suis arrivé avec les troupes françaises qu'à la fin du génocide, sur mandat des Nations Unies et justement pour y mettre fin. Auparavant, je n'avais jamais mis les pieds au Rwanda.

A.C. : Pourquoi les autorités rwandaises se sont-elles lancées dans un montage aussi rocambolesque ?
J.H. : C'est une affaire politique, la " réponse du berger à la bergère " à la suite des accusations portées par le rapport du juge Bruguière contre les proches de Kagamé, dans le cadre de l'assassinat du Président Habyarimana. Ce rapport a provoqué la rupture des relations franco-rwandaises, il y a maintenant deux ans. Il est à l'origine de l'émission de neuf mandats d'arrêt. Un dixième ne pouvait pas être émis puisqu'il concernait Kagamé lui-même et, qu'en tant que chef d'Etat en exercice, il bénéficie de l'immunité. Les neuf personnes impliquées sont accusées de l'attentat terroriste ayant coûté la vie au président rwandais, à son homologue burundais, à leurs accompagnateurs ainsi qu'à l'équipage français du Falcon présidentiel.

A.C. : Il s'agit bien d'un acte terroriste, et non de guerre, puisque l'assassinat du Président Habyarimana, de son collègue burundais et de leurs accompagnateurs, a eu lieu après la signature des accords d'Arusha. En outre, si j'ai bonne mémoire, le FPR, le parti de Kagamé, avait obtenu une représentativité au sein de la structure politique rwandaise.
J.H. :Très exactement. Conformément aux accords qui venaient d'être signés, un bataillon du FPR avait été implanté dans Kigali, au CND, l'ancien Parlement. Kagamé en a profité, pour y faire introduire les missiles sol-air SAM 17 que le commando a utilisé pour perpétrer l'attentat. Le juge Bruguière n'est pas le seul à le savoir. Michael Hourigan, procureur adjoint du TPIR (Tribunal Pénal International pour le Rwanda), de nationalité australienne, l'avait déjà dit. Il a été démis de ses fonctions au TPIR pour cela. Kagamé ne pardonne pas à la France d'avoir clamé haut et fort une vérité qui le gêne.

A.C. : Comment réagissent les autorités françaises face aux accusations portées contre ses responsables politiques et ses officiers ?
J.H. : J'ai participé à deux réunions à l'Elysée, il y a déjà quelques mois. L'objectif principal de Kagamé, faut-il d'abord savoir, est d'obtenir le retrait du rapport Bruguière et des mandats d'arrêt émis contre ses proches collaborateurs. Il est en train d'y parvenir, promettant en échange d'oublier le rapport de la commission Mucyo : un compilé de fausses accusations et d'horreurs, de meurtres gratuits, d'actes de torture, et de viols sordides. Les viols occupent une place importante dans ce rapport. Pour répondre à votre question, nous, les officiers mis en cause, avons demandé au Président de la République française, chef des armées, de condamner clairement ce document. Il nous a été assuré que le Président Sarkozy le ferait publiquement début novembre. Nous sommes début décembre et jusqu'à présent rien ne s'est encore produit.

A.C. : Est-ce pour cela que vous avez décidé de parler à la presse ?
J.H. : Pas seulement. Nous assistons à un réchauffement rapide et inattendu des relations diplomatiques franco-rwandaises à l'initiative de Bernard Kouchner. Il faut savoir que notre ministre des Affaires étrangères est un ami de longue date de Kagamé. Il l'a rencontré dans les maquis dès 1992. Je pense que sa sensibilité tiers-mondiste a joué un rôle important dans la fascination que le chef de guerre Kagamé a exercé sur lui. Je peux le comprendre car l'homme a du charisme. N'empêche, cela peut paraître incroyable mais Kagamé est l'ami de Kouchner.Un Kouchner défenseur des Droits de l'Homme qui ferme les yeux sur les très graves exactions commises aujourd'hui au Rwanda.

A.C. : Comment expliquez-vous l'arrestation de Rose Kabuyé, impliquée dans l'assassinat du Président Habyarimana, selon le rapport du juge Bruguière ?
J.H. : Nous sommes dans le cadre d'une opération montée de toute pièce. Le lieutenant-colonel Rose Kabuye occupe aujourd'hui les fonctions de chef du protocole de Kagamé. Elle a été envoyée en Europe en mission, en pleine connaissance de cause. Les Allemands l'avaient prévenue que, débarquant dans leur pays à titre privé, sans ordre de mission diplomatique, elle serait obligatoirement interpellée, puisqu'un mandat international avait été émis à son nom. Après plus d'un mois d'allers et venues sur le Vieux Continent, elle a été arrêtée à Francfort, le 9 novembre dernier (2008). Extradée vers la France, elle n'a pas été incarcérée, comme on aurait pu s'y attendre, mais retenue dans un grand hôtel parisien, puis dans un appartement tout à fait confortable ! Elle y a même reçu la visite de son mari et de ses enfants et il semblerait, comble de scandale, qu'elle soit prochainement autorisée à rentrer au Rwanda pour y passer les fêtes de fin d'année ! Je ne doute pas un seul instant de l'intervention de Bernard Kouchner pour obtenir ce régime de faveur. Preuve du coup monté, elle voyageait avec un passeport normal, et non pas avec un passeport diplomatique, qui l'aurait mise à l'abri d'une arrestation.

A.C. : Comment Kouchner parvient-il à maintenir une ligne crédible entre Kagamé et l'amitié qu'il vouait à François Mitterrand, quand ce dernier est lui aussi accusé par le rapport rwandais ?
J.H. : Je n'ai pas de réponse mais on ne peut pas tolérer la mise en cause de l'Etat français. Je ne suis pas un défenseur acharné de François Mitterrand, cependant je sais qu'il n'a jamais été l'inspirateur du génocide. Il a dit : " Je vais contraindre mon ami Habyarimana à plus de démocratie et on arrivera à trouver un arrangement dans la paix et la concorde civile ". Ceci me semble plutôt pavé de bonnes intentions. Alors qu'il soit aujourd'hui accusé d'avoir contribué à la programmation d'un génocide me parait ignoble. Je souhaite vivement que les autorités françaises aient le courage de prendre une position claire vis-à-vis du gouvernement rwandais et de son chef, pour rejeter ces accusations abominables et laisser la justice faire son travail. On nous parle de justice indépendante, c'est le moment où jamais de mettre nos actes en cohérence avec nos principes. N'oubliez pas que l'équipage du Falcon du président Habyarimana était français.Il faut que les familles qui ont légitimement porté plainte puissent constater que Justice est faite ! Il me semble que l'on n'a pas le droit de s'y opposer, fût-ce sous des prétextes diplomatiques.

 

La coopération franco-américaine est née le jour J

Par le Général Jeffrey Schloesser

L'auteur commande la 101st Air borne Division (Air Assault) qui s'illustra le 6 juin 1944. Jusqu'au 3 juin dernier, il dirigeait les opérations de la coalition dans la zone Est de l'Afghanistan (frontière avec le Pakistan). Il rend hommage aux soldats du débarquement de Normandie et salue l'action conjointe des Américains et des Français en Afghanistan.

 

Aux premières heures du matin, le 6juin 1944 les «aigles hurlants» de la 101ème division aéroportée furent parachutés en Normandie, dans les pâturages de Sainte-Marie-du Mont.

Ainsi débuta le premier combat pour la liberté des soldats de cette division historique.

Il s'agissait de débarrasser le peuple français de l'occupation nazie, mais aussi et plus largement de prendre place dans le combat des Alliés pour sauver le monde libre. C'est en terre étrangère que nos vaillants soldats ont combattu, péri et finalement .remporté la victoire au service d'une idée chère à nos nations alliées: la liberté. C'est pour la même noble cause que nous sommes aujourd'hui en Afghanistan. Alors que nous commémorons le jour J, je suis frappé par la force de cette alliance forgée voici soixante-cinq ans et par sa validité confirmée aujourd'hui encore. En ce moment même, des soldats français apportent la liberté au peuple afghan et contribuent ainsi à protéger leurs propres concitoyens et ceux des autres nations de l'Alliance. L'été dernier, j'ai eu l'honneur d'accueillir les marsouins du 8ème régiment parachutiste d'infanterie de marine, baptisé Task Force Chimère parmi 23000 hommes placés sous mon commandement dans l'est de l'Afghanistan. Je leur ai confié la Kapisa, une zone hostile au nord de Kaboul. L'action de ces soldats a eu un effet immédiat et positif dans un secteur réputé pour être une base dé soutien des insurgés. Ils ont mis l'ennemie en déroute, se sont associés aux forces de sécurité afghanes et ont apporté pour la première fois l'espoir à des populations de Kapisa opprimées depuis longtemps par la tyrannie de l'ennemi.

Aujourd'hui c'est le 27ème bataillon de chasseurs alpins sous le nom de Task Force Tigre qui poursuis cette mise en œuvre mesurée de la force militaire tout en apportant de l'aide aux populations locales et en contribuant à rétablir le lien entre le gouvernement afghan et son peuple. Ces soldats font preuve de professionnalisme, de compassion et de courage. Epaule contre épaule avec leurs camarades américains et afghans ils consolident encore cette alliance forgée il y a bien des années.

Le 3 juin j'ai passé le commandement à une autre division américaine marquée par l'histoire la 82ème aéroportée. J'ai la conviction que les forces françaises servant aux côtés des«Alls Américans» poursuivront cette remarquable approche qui est la leur et continueront de faire une vrai différence auprès des populations afghanes pour finalement gagner la paix. Je ressens une fierté immense d'avoir servi aux côtés de militaires français et d'avoir constaté qu'une fois encore, c'est pour la plus noble des causes que les histoires de France et d'Amérique et des autres nations alliées s'entremêlent aujourd'hui.

© 2008 - 2021. ANOCR 73 Groupement Savoie - Conception Studio Coléo

Haut