ANOCR 73

Groupement Savoie Isère

Revue de presse semaine 50

REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE : 50

 

 

 

SOMMAIRE

08 012 15 Retraite à 60 ans : Saint-Just escamote une partie du programme économique du FN

11 12 15 Retraite : la France peut mieux faire

 

 

 

08 012 15 Retraite à 60 ans : Saint-Just escamote une partie du programme économique du FN

Par Marc de Boni - Le Figaro

Invité sur LCP ce mardi matin, le candidat tête de liste du FN en Ile-de-France pour les élections régionales est formel: «Il y a une ligne économique du Front national qui est celle du programme du FN, qui a été discutée à l'élection présidentielle, dans les bureaux politiques, et chacun doit s'y tenir». Une nécessité de réaffirmer les fondamentaux motivée par une nouvelle sortie du patron du Medef, Pierre Gattaz, invité quelques minutes plus tôt sur RTL. «Dans le programme économique du FN lorsque j'entends parler du retour à la retraite à 60 ans, d'augmentation des salaires et du Smic, je demande: Qui paie? C'est de la démagogie sociale!», a considéré le responsable du syndicat patronal. Une nouvelle charge de Gattaz contre le FN qui n'a pas manqué de faire réagir le trésorier du parti, jusqu'à lui faire «oublier» quelques lignes du programme.

«Il ment, il continue à mentir monsieur Gattaz. Il n'y a jamais eu dans le programme du FN de retour à la retraite à 60 ans. Il n'y a jamais eu de proposition d'augmentation inconsidérée des salaires», tranche Wallerand de Saint-Just. Cependant, le programme du FN à sa page 81: «L'âge légal sera progressivement ramené à 60 ans ; pour les travailleurs ayant débuté leur activité professionnelle précocement, des négociations par branche et par secteur détermineront les modalités d'une possible dérogation à cette règle des 60 ans. Un calendrier devrait donc être défini et ajusté en permanence, en fonction de la situation financière de la Nation».

Contacté par le Scan, Wallerand de Saint-Just n'en démord pourtant pas, et estime que le programme propose la retraite au bout de 40 annuités de travail, et non la retraite à 60 ans. «Le programme promet surtout la retraite au bout de 40 années de travail, et jamais avant 60 ans, sauf dérogations. Si pour une personne ayant commencé à travailler tôt cela permet un départ à 60 ans, c'est parfait», affirme-t-il.

Dissuader les électeurs de droite

Le cadre FN accuse Pierre Gattaz de vouloir dissuader les électeurs de Valérie Pécresse (LR) ou de Debout la France qui seraient éventuellement tentés par un vote frontiste dimanche prochain. «Il recommence ses élucubrations et joue la courroie de transmission de l'UMPS, et il affaiblit le syndicalisme», fulmine-t-il. «Mais je crois que les électeurs, notamment ceux de Nicolas Dupont-Aignan connaissent notre programme économique et mon engagement pour les entrepreneurs, et ne se laisseront pas effrayer», tranche-t-il, estimant pouvoir profiter de réserves de voix au second tour.

C'est la seconde fois que Pierre Gattaz s'invite dans la campagne des élections régionales pour critiquer la crédibilité du programme frontiste. Le 1er décembre, dans une interview au Parisien-Aujourd'hui en France, il a comparé le projeté économique de Marine Le Pen à celui du «programme commun de la gauche de 1981».«Le programme du FN, c'est exactement l'inverse de ce qu'il faut pour relancer la croissance», avait jugé le patron du Medef.

 

 

 

11 12 15 Retraite : la France peut mieux faire

ARNAUD LELONG - Les Echos

Selon une étude récente, si le système de retraite français dispose d’atouts indéniables il devient nécessaire de le réformer pour qu’il puisse durer. A ce titre, la France ferait mieux de s’inspirer des systèmes en vigueur dans les pays scandinaves.

Quel est le pays qui dispose du système de retraite le plus performant ? Cette interrogation fait l’objet d’une étude du cabinet de conseil Mercer depuis bientôt 6 ans. La dernière édition est dans la continuité des études précédentes : au niveau mondial, le pays qui se distingue par la qualité de son système de retraite est le Danemark pour la quatrième année consécutive. Suivi de près par les Pays-Bas et l’Australie. En queue de classement, on retrouve surtout des pays d’Extrême-Orient : Chine, Japon. L’Inde est la dernière du classement. Sur 25 pays étudiés, la France se situe en milieu de peloton avec la treizième place.

Le régime français doit faire face à une conjoncture économique morose

Si l’étude reconnaît que le système français basé sur la répartition (les travailleurs actifs financent les pensions des retraités) « offre l’un des meilleurs niveaux de retraite légale dans le monde, il conserve certaines lacunes et comporte des risques importants sur le long terme ». En déficit chronique depuis plusieurs années, le régime général n’est toujours pas en mesure de renouer avec un solde positif. La conjoncture économique actuelle n’aide pas à améliorer la situation. « La France doit aujourd’hui faire face à une conjoncture économique défavorable qui pénalise le financement des retraites. Le pays doit donc avant tout renouer avec la croissance de l’emploi et favoriser une évolution culturelle pour encourager l’employabilité des seniors », analyse Yanick Chainey, Leader Retraite au sein de Mercer France.

Lire aussi :

Le gouvernement veut ramener le déficit de la Sécurité sociale à son niveau d’avant crise en 2016

Développer plus largement la retraite par capitalisation

L’entrée en retraite de la génération de travailleurs nés durant les trente glorieuses, les fameux « baby-boomers » va accentuer le déséquilibre démographique français avec plus de retraités que d’actifs. Ce qui n’est jamais bon dans un système basé sur la répartition. Les préconisations proposées par Mercer de développer plus largement les systèmes de retraite par capitalisation (le travailleur actif finance lui-même sa pension de retraite), de reculer l’âge de départ en retraite et de favoriser l’emploi des seniors paraissent d’autant plus d’actualité quand on compare le système français à celui en vigueur au Danemark. Le système de retraite danois repose en effet sur un équilibre entre pensions versées par l’Etat et faisant l’objet d’un financement par l’impôt et retraites complémentaires gérées par des fonds de pensions et alimentées par des cotisations obligatoires des salariés ainsi que leurs employeurs. Un système plus vertueux dont ferait bien de s’inspirer la France qui doit selon Mercer : « envisager de nouvelles sources de financement pour soutenir son système et garantir les pensions des générations futures ». « Les régimes d’Etat ne pourront plus être la réponse unique au maintien du pouvoir d’achat des retraités », indique Yanick Chainey

En savoir plus sur http://patrimoine.lesechos.fr/patrimoine/retraite/021548226793-retraite-la-france-peut-mieux-faire-1183844.php?ft6JtHk8YexuQ3sS.99

Connexion Membres

Votre accès Membre

Identifiant
Mot de passe

© 2008 - 2017. ANOCR 73 Groupement Savoie - Conception Studio Coléo

Haut