ANOCR 73

Groupement Savoie Isère

Revue de presse semaine 30

REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE : 30

SOMMAIRE

21 07 15 Don Quichotte en retraite

24 07 15 L'écart entre le dernier salaire et le montant de la retraite se creuse

21 07 15 Don Quichotte en retraite

Jack Dion - Marianne

Merci Gerhard Schröder ! Depuis qu'une réforme a rendu dépendants des fonds de pension les retraités allemands, ces derniers ont le nez collé sur le cours de la Bourse. Voilà comment on a fait d'une partie non négligeable de la population allemande des intransigeants avec les Grecs...

Et nos retraités ? A la fin des fins, ils ne veulent plus payer pour des Grecs qui se croient au Club Med ad vitam sous prétexte qu'ils ont la mer et le soleil pour pas cher. Telle est la ritournelle en vogue de l'autre côté du Rhin où le délire grécophobe est le tube de l'été.

Certes, les retraités allemands ont de quoi être inquiets, non à cause d'Athènes mais en raison d'un système qui les a rendus dépendants des fonds de pension qui adorent spéculer avec leur argent. Ces derniers expérimentent à leurs frais le virage pris à l'époque Schröder, qui enterra le système public hérité de Bismarck et qui assurait des pensions atteignant 70 % du salaire passé. Au nom de la modernité à l'anglo-saxonne, les fonds de pension ont pris le relais. Résultat : les retraités allemands ont l'œil rivé sur le bulletin météo et le nez collé sur le cours de la Bourse, de peur que les groupes où leur épargne est placée ne finissent comme le Titanic. Ainsi, grâce à la révolution néoconservatrice d'un social-démocrate travaillant aujourd'hui pour les Russes (tout arrive), les épargnants de Bavière et d'ailleurs sont entre les mains de banques et de groupes d'assurances qui font payer à la Grèce la note de leurs aventures sur la planète finance.

Yanis Varoufakis, ex-ministre grec des Finances, l'a fort bien expliqué au Guardian : « Plutôt que d'avouer que les contribuables devraient payer encore pour les banques avec de nouveaux prêts, les officiels de l'UE ont présenté l'insolvabilité de l'Etat grec comme un problème de manque de liquidités et ont prétendu que le "sauvetage" était une mesure de solidarité avec les Grecs. » Dans l'art de diviser les peuples et d'organiser la concurrence entre pays, il est difficile de faire mieux. En l'occurrence, l'Europe a été créée pour ça, notamment avec la mise en place de l'euro.

La leçon ne vaut pas que pour l'Allemagne. En France, sous prétexte de compenser la baisse des pensions, les néolibéraux fous poussent à l'instauration de fonds de pension au nom de l'usure d'un modèle social ébranlé par la crise et le chômage. Qu'il faille le réformer, c'est évident. Mais mieux vaudrait éviter de copier le système allemand, cette machine à fabriquer des vieux pauvres qu'on dresse ensuite contre des ennemis imaginaires

24 07 15 L'écart entre le dernier salaire et le montant de la retraite se creuse

.| Le Point.fr

. Le rapport pension/derniers salaires nets a baissé sous l'effet de différentes réformes, notamment celle de 1993 qui a modifié les années retenues (25 au lieu de 10 auparavant) pour le calcul du salaire annuel moyen dans le privé. Le montant de la pension de retraite par rapport au salaire de fin de carrière diminue au fil des générations et est en général plus élevé pour les hommes que pour les femmes, selon une étude publiée vendredi. Selon cette étude du service des statistiques DREES, la moitié des retraités de la génération 1946 ayant travaillé à temps plein et en retraite fin 2012 perçoivent une retraite équivalant à moins de 73,3 % de leur salaire net de fin de carrière (74 % pour les hommes, 72,5 % pour les femmes).

Ce taux de remplacement médian (50 % des retraités reçoivent plus, 50 % reçoivent moins) est un peu plus élevé (75 %) lorsque la carrière est complète.Derrière.  ce taux médian, on note de fortes disparités en fonction du niveau de salaires et du déroulement de carrière. Ainsi, pour 10 % des retraités, la pension représente moins de 53,4 % du salaire net de fin de carrière. Pour 10 % d'entre eux, elle est supérieure à 92,5 %. Parmi les retraités ayant effectué une carrière complète, 15 % des hommes et 17 % des femmes bénéficient d'un taux de remplacement compris entre 75 % et 80 %.

Le rapport pension/derniers salaires nets diminue au fil des générations dans le public et dans le privé, pour les hommes et les femmes. Ainsi, pour une carrière complète, le taux de remplacement médian est passé de 80 % à 75 % entre les générations 1936 et 1946. Cette baisse est l'effet de différentes réformes, notamment celle de 1993 qui a modifié les années retenues (25 au lieu de 10 auparavant) pour le calcul du salaire annuel moyen dans le privé. Par ailleurs, le rendement du point des régimes complémentaires a baissé. Ainsi, le taux de remplacement médian par le régime complémentaire de retraite passe de 39 % pour la génération 1936 à 29 % pour la génération de 1946.

 

Connexion Membres

Votre accès Membre

Identifiant
Mot de passe

© 2008 - 2017. ANOCR 73 Groupement Savoie - Conception Studio Coléo

Haut